Identification

Qui est en ligne ?

Nous avons 9 invités et 1 membre en ligne
site_de_jose.gif

Les Maitres

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Maître Nakazato

Maître Nakazato est un des grands maîtres actuels de Shorin-Ryu d'Okinawa. Ce style créé en 1919 par une figure du karaté
maître Shôshin Chibana se prononce de deux manieres différentes "Shorin-Ryu ou Kobayashi-Ryu" qui littéralement signifie
"École de la foret ". Ce style est issu d'une des trois branches principales de l'île d'Okinawa: le Shurite. Maître Chibana a eu
pour maître Itosu Sensei grande légende du karaté a qui on doit la série des katas "Pinan" mondialement travaillés dans la
plupart des styles. Itosu Sensei est le premier a avoir introduit les leçons de Karaté dans les cours de sport des écoles
primaires et secondaires d'Okinawa. Maître Chibana a ouvert son premier Dojo en 1920 et nomme son style Shorin-Ryu.
Parmi ses principaux disciples nous pouvons citer Katsuya Miyahira , Yuchoku Higa et Shugoro Nakazato.
Maître Nakazato naît en 1920 et découvre le karaté en 1935 avec Iju Seiichi et étudie durant cinq ans . A cette époque il
commence la pratique des ko-budo et étudie sous la direction de Seiro TONAKI le maniement du Bô (bâton) , des Sai
(tridents), du Nunchaku (fléau), les Tonfa (manche de meule) et des Kama (faucilles). Âpres la guerre en 1945 il devient
l'éleve de maître Chibana. En 1951 il ouvre son premier Dojo (Chibana dai ichi dojo) et en 1955 il reçoit des mains de
son maître le titre de "Shihan".La meme année il ouvre un second dojo a Aja et le nomme " Shorinkan" (Maison du shorin) .
Actuellement maître NAKAZATO est 10eme Dan, le plus haut grade en karaté et a des centaines d'éleves dans le monde.

  

4-Les Grands Maîtres japonais et leur vision du Karaté :

Comme nous l’avons vu plus haut, certains maîtres de l’île d’Okinawa modifierent les techniques du Karaté, aboutissant ainsi a différent style. De plus, chaque maître étant différent par leur caractere et leur vision de la discipline, chaque style représente un état d’esprit propre.

itosu_1Anko Itosu (1830-1915) :

Le passage au Karaté moderne

Anko Itosu avait une force colossale et une poigne restée légendaire, pourtant, il n’a jamais utilisé cette puissance redoutable avec exces et s’est toujours contenté de se défendre. Il possédait des qualités pédagogiques indéniables et ce fut lui qui instaura l’apprentissage du Karaté appelé Okinawa-te dans les écoles et les lycées de l’île en simplifiant la technique de la discipline notamment grâce a l’invention des 5 Pinan, kata de bases de n’importe quel style de karaté.

 

 

 

  

bio_higa_1

Yuchoku Higa (1910-1994)

Je veux défendre la tradition, explique Maître Higa. Au Japon, le Karaté est devenu un sport et c’est regrettable.

Le but de la pratique est de former un homme accompli. Pour cela, on doit entraîner son cour et son esprit. Or, maintenant dans les universités, cette recherche a disparu. On ne pense plus qu’a la compétition…

 

 

 

 

 

shogun_miyagi_1Chôjun Miyagi (1888-1953) :

 Le dur et le doux :

Il a consacré entierement sa vie au Karaté et a l’étude des arts martiaux en général. Dans les années 1920 il fonda son propre style : le Gôju-Ryu, dont il trouva le nom a partir d’un vers d’un célebre ouvrage :  « Tout dans l’univers respire dur et doux. » En effet ce style de Karaté était basé autant sur les combats que sur la méditation, ce qui correspondait tout a fait a la carrure et a la psychologie du maître lui-me me qui était a la fois fort, bien bâti et également calme, souriant et tres humble.

 

 

 

Uechi_kanbun_1Kanbun Uechi (1877-1948) :

Uechi-Ryu :

Alors qu’il était encore jeune, son pere avait des problemes avec ses voisins, aussi Kanbun décida d’apprendre les arts martiaux pour devenir fort et respecté. C’est ainsi que naquit le Uechi-Ryu qui est un style de Karaté tres dur dans lequel la compétition au K. O. est autorisée. Il se base essentiellement sur la musculation et le durcissement des armes naturelles du corps humain (extrémité des doigts, tranchants de la main, du pied…), afin que le corps soit capable d’absorber sans effort un coup meme puissant.

 

 

 

 

 

finakochi_1Gichin Funakoshi (1869-1957) :

Shôtôkan :

C’est le fondateur du style le plus pratiqué au monde de nos jours. Il repose essentiellement sur l’apprentissage des kata et des bunkai : c’est un style qui demeure tres traditionnel, avec des positions basses et rigides. La plupart des grands maîtres japonais d’apres guerre sont passés par le Shôtôkan avant de créer leur propre style.

 

 

 

 

 

 

oyama_1Masutatsu Oyama (1923-1994) :

 Kyokushinkai :

Le Kyokushinkai a été crée a la fin des années 50 par un maître devenu depuis une légende. Ce style est considéré comme étant l’un des styles les plus durs, les plus efficaces et les plus intransigeant du Karaté japonais. C’est âpres avoir décidé de consacrer sa vie au Karaté qu’il prit le nom japonais de Mas Oyama. Il eu une adolescence turbulente et avait pour modele humain Otto von Bismarck, unificateur de l’Allemagne. Il étudia le Zen et un style de karaté dans lequel les regles sont simples : il n’y en a pas. Il a passé un an et demi a s’entraîner seul dans les forets du Mont Kiyosumi, pour approfondir la voie du Karaté et celle du Zen. « Mon entraînement quotidien commençait tres tôt le matin, par une séance de méditation et de purification spirituelle effectuée sous les eaux glacés d’une cascade. Âpres quoi je retournais en courant dans mon humble demeure pour y poursuivre mon entraînement…J’utilisais tout ce que la nature pouvait mettre a ma disposition pour développer ma force et ma condition physique. Je prenais soin de ne négliger aucune partie de mon corps ni aucun aspect de l’entraînement. La matinée était ainsi consacré au renforcement de mes qualités musculaires et respiratoire…Je courais dans les montagnes, déplaçais des pierres et des troncs d’arbres, plongeais dans des torrents glacés…Ce premier entraînement du matin se terminait par une nouvelle séance de méditation…L’apres-midi était consacré a la pratique du Karaté…J’avais installé des makiwara sur les troncs des arbres et je les frappais pendant plusieurs heures, des poings et des pieds. Je m’exerçais également a la casse jusqu’a ce que l’état de mes mains m’empeche de continuer… Quand l’obscurité tombait sur les montagnes, j’allumais une bougie dans ma pauvre hutte et accrochais au mur une feuille de papier blanc sur laquelle j’avais tracé deux cercles, l’un symbolisait l’action et l’autre l’inaction. En observant ces deux cercles, j’entrais dans une profonde méditation… Ce séjour prolongé, loin de toutes civilisations, me permis d’augmenter de maniere considérable mon niveau en Karaté mais surtout, d’atteindre un état mental particulier qui n’avait plus rien a voir avec ce qu’il était auparavant. » Oyama a passé sa vie a se battre, contre des lutteurs, des boxeurs, des taureaux, contre les hommes et les idées de son temps. Son style occupe une place a part dans le monde des arts martiaux. Une place gagnée a la force du mental et du corps de celui qui fut sans conteste un des plus grands maîtres du XX ème siecle.